Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Racontaches in picard par Gérard Platevoet et Alexandra Biebuyck : Nadine Vossen,était une institutrice très appréciée à l’école du village, son cousin lui rend hommage en picard

269895255_659275741759928_731933431918057352_n.jpg

M’ Cousine Nadine,

J’in étos fier, elle étot belle ,elle étot fine, ch’étot m’ cousine Nadine.

Intouré d’ ses parints et d’ s’bobone Zulma qu’ j’aimos bin, j’allos chez elle bin souvint .

In jeuot, in s’cachot dins l’serre, dins l’garache ou acor au gardin.

J’in étos bleu , j’in étos fier, elle étot belle ,elle étot fine, ch’étot m’ cousine Nadine.

 

J’allos à l’pèque avec s’père Edmont et, souvint, j’étos triste qu’elle n’étot pos là.

Quant in allot à l’mer, j’ m’impressos de m’ mette padrière dins l’auto à côté d’elle.

Dins les fiêtes d’famile, l’ p’tit pilet qu’ j’étos, ch’étot souvint l’ brisbrouille inter nous.

Mais,  j’in étos bleu, j’in étos fier, elle étot belle, elle étot fine, ch’étot m’cousine Nadine.

 

Plus vite qu’ mi, elle a muri et, su l’seul de s’porte, elle c’minchot à roucouler.

J’ comprenos nin tout cha acor et, j’ continuos à jeuer comme ein gamin.

Et puis, i-a eu vite ses amourettes et min.me ave m’copain Abbert.

J’in étos paf, j’ comprenos nin, j’in étos pourtant bleu, j’in étos fier, elle étot belle, elle étot fine, ch’étot m’cousine Nadine.

 

Et pus, elle a keusi et …i s’fait qu’ i n’a nin falu lomint pou mi aussi.

Les infants, l’ boulot, l’ vie chacun d’ sin côté, in s’a pus vu souvint.

Quant in s’ veyot ch’étot aux communions et, hélas, aux interr’mints.

J’in étos toudis bleu, j’in étos fier, elle étot belle , elle étot fine, ch’étot m’ cousine Nadine.

 

Quand m’ deuxième file elle a v’nu au monte, ch’est Nadine qu’in a queusi comme marraine.

Elle montrot ben qu’elle étot fin bénesse d’ête l’ marraine d’el file de s’cousin .

Qu’elle étot continte d’vir s’ t’infant . Elle le cajolot dins ses bras comme l’sien.

Et min.me, si elle l’a pos connu lonmint, ch’est el larm à l’oeule que m’file elle dit acor asteur : j’in étos fier, elle étot belle, elle étot fine, ch’étot  m’marraine Nadine.

 

Avec ses problèmes d’ ménaches et ses innuis d’santé, in s’a acor puque rapprochés.

Et pus, dins s’quarantaine, l’ maladie elle est v’nu tout foute in l’air.

Dins l’cruauté de l’ souffrance, d’sus l’pointe des pids, elle a plié bagaches.

J’in étos abattu d’n’avoir nin pu lui dire qu’ j’in étos bleu, qu’ j’in étos fier, qu’elle étot belle, qu’elle étot fine m’cousine Nadine.

 

A s’interr’mint, l’églisse elle étot pleine et, dins l’silence, tertousse i bréhot.

Autour de s’ caisse, les infants de s’école qu’elle aimot tant, eine rosse à l’main.

Au prumier rang, ses beaux grands garchons et mi, padrière , s’cousin bin aimé.

J’in étos malate d’tristesse et j’ comprenos toudis nin.

J’in étos pourtant bleu, j’in étos fier, elle étot belle, elle étot fine m’cousine Nadine.

 

Asteur, quand j’ va au cimtière, elle est là dins l’tierre d’sous l ’tapis vert pos loin d’note copain Abbert.

J’ m’arrête, j’ ferme les is et j’busie.

J’ pinse à nos bions momints et j’ m’redis toudis que j’ l’aimos si bin.

J’in étos bleu, j’in étos fier, elle étot belle, elle étot fine, ch’étot m’cousine Nadine.

 

Régis Hespel

Lien permanent 2 commentaires Imprimer

Commentaires

  • Très bel honneur

  • Très bel honneur

Les commentaires sont fermés.