Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Etaimpuis : Le groupe pour vous réagit à l'affaire dite du C.P.A.S

Communiqué du groupe "pour vous"

Bernard Wattez, Adeline Capart et Patrcik Van Honacker.

« Il est grand temps de remettre de l’ordre dans la maison COMMUNE, celle de tous les citoyennes et citoyens ».

Lors du conseil communal du 25 octobre, 29 novembre, du 20 décembre 2021, notre groupe a interpellé le Bourgmestre pour connaitre l’évolution du litige intervenu au sein du CPAS entre les 4 assistantes-sociales et la direction du CPAS.A ce jour, l’attente d’une heureuse solution est devenue insupportable, malgré le concours d’un syndicat.

Le manque de réaction du Collège communal est très préoccupant : d’autres événements ont créé un doute sur la gestion communale durant ces derniers mois :

-le retrait des attributions du 1er échevin durant 3 mois en 2021 avait suscité un doute réel quant à sa responsabilité d’une faute administrative.

-la démission de l’échevine A.Vandenberghe, qui ne partage plus la méthode de travail du Collège.

-le choix de l’élu, chargé de la remplacer, qui poserait problème quant au respect de l’éthique et du Code de la Démocratie locale.

IL EST GRAND TEMPS DE REVENIR A LA RAISON.

Dont Acte.

P.Van Honacker,  A.Capart, B.Wattez, E.Verschuren, membres du Conseil communal et de l’Action Sociale.

Lien permanent 1 commentaire Imprimer

Commentaires

  • Je suis solidaire de la détresse des assistantes sociales du CPAS d'Estaimpuis. Ayant dû me rendre dans leur service, à contre- cœur car je ne veux pas dépendre de l'aide du CPAS, j'y ais, toujours été bien accueillie. Mais, je sentais que face à mes problèmes, l'assistante sociale était impuissante. En effet, je suis veuve, depuis 2016 avec 5 enfants, dont 4 ,à charge à l'époque. Depuis, mes enfants ont terminé , avec succès, leurs études universitaires. Il a fallu que je me débrouille,puisque mon mari était indépendant et exerçait, encore, son métier, au moment de son décès. Au décès de mon mari, le CPAS a refusé de m'aider, prétextant que je suis usufrutière de la maison. Je n'avais, donc, qu'à vendre la maison, si j'avais des soucis financiers. Le droit d'avoir un logement, n'est- il pas un des premiers articles des Droits de l' Homme? Une amie proche, veuve également, et, une de mes sœurs, assistante sociale à Mouscron ont décidé, alors de m'aider. J'ai réussi à les rembourser...en faisant des petits boulots. Pour l'instant, je vis avec ma pension de survie de 1173 euros . Mon plus jeune fils ,qui a un Master en journalisme et presse- info, ne trouve pas de travail, avec la pandémie et je l'ai entièrement à ma charge, puisqu'il a plus de 25 ans,et, ne reçois plus d'allocations familiales. Il s'est rendu au CPAS pour demander de l'aide. Et l'assistante sociale, lui a dit que si le CPAS lui donne 50 euros...ce sera beaucoup. Mon fils serait ,à la rue, si je ne m'occupais pas de lui. Je dois le nourrir, le vêtir, chauffer les pièces de l'habitation pour lui etc...pour qu'il puisse, encore, avoir une vie décente. Mais, c'est très lourd pour moi. Et mon fils le sait très bien .De plus, avec ses longues études, il n'a plus droit à l'allocation d'insertion.Donc, pas de chômage, car il n'a jamais travaillé. Depuis qu'il est allé au CPAS d' Estaimpuis, il est démoralisé. Il a donc, décidé de faire un job étudiant ( qui est interimaire), pour pouvoir payer, des nouvelles études. Il entamé un bachelier en langues, pour pouvoir trouver du travail plus rapidement, dans l'enseignement. En attendant, c'est la galère pour nous deux, nous battant pour nouer les deux bouts. J'estime que c'est inacceptable de la part du CPAS ,de ne pas vouloir nous aider,alors que nous sommes dans la détresse et que nous voulons nous en sortir. Nous sentons bien que cela ne vient pas des assistantes sociales, mais que des directives viennent de plus haut. En espérant que vous nous comprenez,et, que notre témoignage puisse vous éclairer, quant au refus du CPAS de venir en aide à une certaine catégorie de la classe moyenne. Merci pour votre temps de lecture. Salutations distinguées.

Les commentaires sont fermés.