Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Racontaches in picard par Gérard Platevoet et Alexandra Biebuyck :"les jeunes d'achteure" de Pierre Noël

banniere parlache.jpg

boy-g089867c93_1920.jpg

Les jeunes d'achteure.  

I-a rin d'pus énervant qu’d'ête réveilli par ène séchi qui buque à t'porte, dimanche au matin, alors que ti t'es acore à tin lit ! Tout d'sute, mi j'ai buzié aux témoins d'Jéhovah et je m'sus l'vé in étant d'jà mail sur ces soyeux qui m'impêchotent d'faire l'grasse matinée. Dins min peignoir, j'étos prêt à bertonner in ouvrant l'porte !

Au lieu d'cha, in face de mi, sus el seule, i-avot in tout m'tit garchon in uniforme scout. Es fidjure, elle étot plein d'brins d'Judas in d'zous de s'castchette, et surtout, i-avot in sourire j'qu'à ses orèles. I v'not m'vinde des « Post-it » pou « Cap 48 », au profit des affligés. Te n'saros nin èrfuser à ç't'afant adon qu'ch'est d'mindé si gintimint ! In puque ch'étot pour ène bonne causse.

In èrmettant chés papis collants in plache avec el's autes, j'buzios à ç't'afant qui allot passer sin dimanche à sonner à les portes. Tcheu corvée, pour li ! Pasque pa'd'rire les portes, i n'd'a ed'tous les sortes, sais-te. I-a les ceux qui distent qui z-ont d'jà donné. In s'deminde bin à qui ! Ch'est foque des minteux, bin seûr. I n'da qui n'vont nin ouvère l'porte, mais qu'in vot bin qu'is èrwetent pa-d'rire l'cassis, pasque l'rideau i bouge ! I-a les hommes qui sont tous seus à leu majon et qui n'peuvtent rin décider sins leu finme,... d'ailleurs, ch'est elle qui a les liards. Te l'cros, cheule-là ? I n'faut toulmême nin faire in consèle d'famile pou donner foque in euro, énon ? I-a c'ti qui va donner ses doupes, mais foque in m'tites piches, comme cha, i va alléger sin prote-monnaie de l'mitrale. I n'd'a surtout qui vont èrclatchi el porte au nez du pourcacheu, comme à in malprope ! Et j'pourros contineuer comme cha j'qu'à d'main...

Bin seûr, i n'd'a aussi qui donntent d'bon tchœur. I-a des gins qui vont même cachi après ène paire d'chucrates pou donner à chés m'tits gins qui s'dévoutent pou l's autes. I faut buzier aussi à les ceux qui les incadrent, les pus grands. Ch'est souvint des jeunes qui font leus étutes tout'l'sémaine et qui passt.tent leu week-end à s'otchuper des pus m'tits. Mi, j'dis « chapeau » !

Pasque chà n'dos nin ête facile tous les jours. El pus souvint, i peuvtent toudis rattinde pour avoir in merci des parints. Pire que cha : i n'd'a qui leu cachtent misère si qu'leu m'tit bradé i-a perdu s'cagoule ou bin qu'i a bourlé dins l'bédoule, pindant l'grand jeu !

 Et combin qu'i n'd'a des jeunes qui oeuvtent tout l'wékinte pou payi leus étutes ? Et les ceux qui s'donntent à fond dins leu sport ? I-in faut aussi du courache, énon ?

Adon qu'in intind si souvint babiller sur « les jeunes d'achteure », in f'rot bin d'buzier aussi à eusses,... les ceux qu'in n'vot jomais à l'télévision. Eusses aussi, ch'est « des jeunes d'achteure », et... heureus'mint qu'is sont là !!!

Pierre NOEL.


Lien permanent 1 commentaire Imprimer

Commentaires

  • Super. "Réfugié" à Bruxelles, après 70 ans à Mouscron j'ai,bien rigolé en lisant ce texte dans notre parlache

Les commentaires sont fermés.