Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Racontaches in picard par Gérard Platevoet et Alexandra Biebuyck : "Méprise " de Jules Biltresse

banniere parlache.jpg

MÉPRISE

 

El ducasse du quartier, à l’avanche on y pinse.

I-a des ceux qu’in ç’ jour-là, après ein beon gueul’ton,

I s’habilt’nt in diminche, in pinsant à l’ beonn’ guinsse

Qu’i veont faire intre amisses, ch’est vraimint l’occasieon.

 

Des feos, i-a des disputes, mais cha ch’est l’eseptieon.

Quand on est dins les vaps, cha vous tourne les sangs

Et cha peut arriver qu’on n’ortrouv’ pus s’ maseon.

Acoutez chi l’ histoir’, véridiqu’ chint pou chint.

 

Rien n’orsann’ davantache eine maseon à eine eaute

Surtout dins les cités et constructieons in lots.

Ch’est tout l’ mêm’ gabarit, on confond l’ein’ pou l’eaute

I-a vraimint ed quoi s’ perte, avec ein verr’ de trop.

 

Ch’est pou cha qu’ no Louis, in ervénant pompette,

I-a rintré dins l’ chité et dins l’ maseon rintré

Qu’i croyeot ête l’ sienne. Sans tambour ni trompette

I s’a déshabillé pou li aller s’ coucher.

 

Ed’ pus ein beon momint, s’ feimme ell’ dormeot déjà.

Et sans d’mander son reste, I s’a couché su l’ bord.

« Si jamais je l’ révell’, j’intindreos sonner l’ glas,

Qu’i dit in s’allongeant, n’y alleons pos trop fort. »

 

Quand l’eaute i-a ervénu, veyez d’ichi l’ dallache.

Avec mill’ précautieons, ed’ peur de déringer,

I-a volu s’alleonger. I-aveot ein heomme à s’ plache.

“Vraimint, je n’ pinseos pos que j’éteos d’jà rintré.”

 

Du queop ov’là l’ patreonn’, qu’i-éteot in train d’ rêver

D’ein incien amoureux rincontré à l’ brad’rie

S’a réveillé d’ein beond, tout biête d’ s’ortrouver

Avec el panche à l’air et deux heommes dins s’ lit.

 

Tout s’a bin arringé. V’là l’ morale à l’histoire.

Si ein jour, vous trouvez ein voisin dins vo lit,

Couché avec vo feimme, ch’est seûr’mint ein hasard.

Mais j’ vous consell’ tout l’ mêm’ de jeuer à l’ lot’rie.

Jules BILTRESSE

 

Lien permanent 0 commentaire Imprimer

Les commentaires sont fermés.