Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Estaimpuis : collecte des sacs bleus (PMC) ce mercredi 15 septembre

    pmc1.png

    Depuis le 1er janvier 2020, presque tous les emballages en plastique peuvent être triés avec les PMC en Wallonie picarde : une sérieuse cure d’amaigrissement pour votre sac-poubelle !

    Avant c’était non, maintenant c’est oui !

    Concrètement, presque tous les emballages en plastique peuvent désormais être triés avec les PMC : les pots de yaourt, les raviers de beurre ou de champignons, les pots de crème glacée, les pots de fleurs, les tubes de dentifrice, les pots de crèmes corporelles en plastique…

    C’est toujours non…

    Les emballages composés de plusieurs matières ne sont pas autorisés, comme les emballages de chips cylindriques (composés de carton et d’aluminium) ou encore certains emballages d’aliments pour animaux avec une couche intérieure en aluminium.

    Les emballages avec un bouchon de sécurité enfant ne sont pas acceptés non plus dans le sac bleu, ainsi que ceux présentant au moins un des pictogrammes suivants :

    sigles.png

    Ces déchets vont au recyparc, dans les déchets spéciaux des ménages, tout comme les emballages de pesticides, d’huile de moteur, la frigolite ou encore les tubes de silicone.

    Les autres déchets en plastique tels que les seaux en plastique, imperméables, bottes, tuyaux de jardin, jouets… ne vont pas non plus dans le sac bleu.

    Ne les emboîtez pas !

    Ipalle rappelle que l’application de quelques consignes de tri permettra d’assurer un recyclage optimal des matières. Ainsi, il est demandé de ne pas emboîter les emballages les uns dans les autres, notamment les pots de fleurs en plastique, et de ne pas les laisser ensemble dans des sacs noués. Cela compliquerait, voire rendrait inefficace, l’étape du centre de tri, les plastiques étant dans un premier temps séparés mécaniquement.

    Pensez aussi à ôter entièrement les opercules des pots de yaourt et les films plastiques des barquettes de charcuterie par exemple, et jetez-les séparément dans les PMC. En effet, certains emballages sont composés de différents types de plastique qui ne suivent pas la même filière de recyclage. Par exemple, une barquette de charcuterie en plastique rigide fermée par un film en plastique souple ou un ravier de beurre fermé par une couche d’aluminium.

    Enfin, comme pour les autres emballages destinés au recyclage, n’oubliez pas de bien les vider, les racler ou les égoutter.

    pmc2.JPG

    Lien permanent 0 commentaire Imprimer
  • Racontaches in picard par Gérard Platevoet et Alexandra Biebuyck "El docteur P." de Pierre Noël texte + vidéo

    docteur.JPG

    Docteur P.

     

    In est in juin soixante-chinq, vers neuf heures du soir. El docteur P. i-èrmonte l'rue du Couët, avec sin pal'tôt et sin vieux capeau. Tertous i comprindra qu'je n'peux nin dire sin vrai nom à c't'homme. Si qu'i-est à pids, ch'est que s'carrette, ène vièle Dauphine, elle a tché in raque. Adon, i finit s'journée, et i rinte à s'majon. I porte à s'main s'pétite valise de docteur, et i-est mate.

    Ch'est l'début d'l'été, et i fait acore clair. I-a fait bin caud aujourd'hu, et les gins is prèntent el fraiche, assis sus les seuls des portes. Is babèltent avec leus vigins. Par les portes ouvertes, in sint les odeurs de cuisine, l'oignon, l'rata. Dins cès m'tités majons, Gaston P. I connot bétôt tertous, des fileurs, des tiss'rands, des bâcleus, tous des ouvris d'fabrique. Oh,... i n'a nin d'rupins par ichi, sais-te ! Tchand qu'i passe, les gins is arrêtent leu babillache pou dire, à chaque fos : « Bonsoir Monsi l'docteur… Bonsoir Gaston,... ». Les hommes is saqutent leus castchettes, et les finmes is ressutent leus mains à leus écourcheus.

    In véyant l'vieux Zidore, qui feume s'peupe à l'porte, Gaston P. i li d'mande : « Alors Zidore, comment va ta femme ? Toujours pas décidé à la mettre à l'asile ? ». V'là deux ans achteure qu'Fine elle n'a pus s'tête. S'n'homme i-est obligé de l'loyi dins sin lit, tell'mint qu'elle a v'nu mauvaise ! Ch'est même li qui dot li donner à minger à l'tchulire, comme à in m'tit afant. « Oh non, Monsi l'docteur ! J'sus seûr qu'alfos, elle m'èrconnot acore. Si qu'elle partot pou l'asile, j'pinse qu'elle f'rot ses tros tours d'chagrin... et mi avec ! ». Pou l'quart d'heure, Fine elle dort, et Zidore i s'erpose in bètche in feumant du gris.

    In m'tit peu pus long, ch'est l'majon Marcel et Zoë. Acore deux qui n'ont nin eu d'chance. Is n'avotent foque qu'ène file : Rosette. Elle est morte, l'mos passé, à tchinze ans, d'in ma d’pomon qui n'a pôs été sogni timpe assez. Après que l'tchuré i-étot passé, Gaston P. i-avot resté avec elle, jusqu'au derni momint, in t'nant s'mongn. Bin seûr, i savot qu'cha n'servot pus à rin, qu'i n'avot pus rin à faire,... mais l'pétite elle avot tell'mint confiance à « Monsi l'docteur ». Ch'est li qui li a serré ses zis. I-est bétot de l'famile.

    I-arrife in face d'amon Vandamme, in ménache d'flaminds v'nu ouvrer dins les filatures d'par ichi. Is n'savotent nin avoir d'afants, mais Gaston P. i-a sôgni l'finme pou cha. Achteure, i-a in m'tit garchon qui tcheurt dins ses djambes. Ç'pétit Hinri, i l'a mis au monde i-a tros ans. Ch'est v'nu in beau m'tit perlou qui n'demande qu'à tcheurir. S'mère, l'grande Léona, elle in profite pou d'minder au docteur des consèles pou nourrir sin tcho.

    Tchand qu'i-arrife ène séchu, et qu'i-ouvère s'valise, i-a toudis in sintimint d'éther. I-a là-d'dins in fourbi incroyable. Faut l'vir touiller pou li treuver sin stéthoscope qui tché in piches ou bin s'boîte in fer édoù qu'i met s'seringue à boulir ! Ch'est là aussi qui muche les échantillons d'médicamints qu'i donne à les ceux qui n'savtent nin n'd'acater. Les gins, is l'savtent bin : i n'd'a nin deux comme li pou treuver tout d'sute cheu qui n'va nin amon ène séchi. Même que les docteurs de l'ville is vèntent alfos li d'mander consèle pou des cas délicats.

    Gaston P. i-est ichi comme à s'majon, dins cheul'triste rue, avec els ouvris. Ch'est qu'i n'd'a sogni des gins dins ç’ruache. Bin seûr, i n'a nin toudis été payi pou ses consultations. A l'plache, tchand qu'tout i-allot bin, i-èrchevot ène paire d'penn'terres du gardin, ou bin même, in lapin qu'in satchot déyors de s'camuche, pou li donner. Cha fait  qu'i n'est jomais v'nu riche, Gaston P.... Mais cha, i l'savot bin in comminchant : ch'n'est nin in soignant les malheureux qu'in fait fortune ! Li, ch'est tout bell'mint in « médecin d'famile », et ch'est cha s'noblesse. I buzie alfos qu'si li i-avot eu l'chance d’faire d’s études, ch'étot foque normal de soulager les ceux qui s'crèvtent à l'ouvrache. Tchand qu'i vint dins ène majon, s'visite finie, i prind l'temps d's'assire pou boire ène jatte d'fraîche café du marabot... i prind l'temps d'écouter les misères d'ses patients.

    Achteure, cha fait bin quarante ans qu'i-a èrtourné s'brouette, Gaston P. A l'inter'mint, je m'souvins qu'l'égliche elle étot trop m'tite et tout pleine. I-avot autant d'gins déyors qu'in n’dins, et i n'd'avot grammint qui brayotent. Ch'étot foque in médecin d'famile, comme i n'd'a pus achteure. Si qu'j'in parle aujourd'hu, ch'est qu'in soir d'hiver, i-a fort lonmint, ch'est li qui m'a mis au monde, et cha... je n'saros nin l'oublier !

    Pierre NOEL.


    banniere parlache.jpg

    Lien permanent 0 commentaire Imprimer