Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Racontaches in picard par Gérard Platevoet et Alexandra Biebuyck : "Cha m’énèrfe." Par Pierre Noël

cart-2865706_1920.jpg

Pierre a toujours eu horreur de faire les courses dans les supermarchés. Je crois que beaucoup d'abonnés se retrouveront dans mes aventures de consommateur !

Cha m’énèrfe.

Si i-a bin ène séquo que j’n’aime nin, ch’est faire les commissions au grand boutique, au « supermarché ».

D’jà, i faut prinde t’carrette, pasque chés grands bazars, cha n’est jomais près de t’majon. Ch’est toudis in déyors de l’ville. Après, pou treuver ène plache, pou ti garer, du week-end, ch’t’alfos difficile. A croire que tous les gins qui n’ont rin à faire is sont v’nus là-d’dins pou acater in même temps qu’ti. In puque, te dos faire attintion de n’pos t’mette tout près des camuches à caddies, des fos que t’n’auto elle s’rot tout griffée.

Adon, te dos prinde ène pétite carrette, in caddie. Ch’est là qu’te tr’inds compte que t’n’as pos l’piche qu’i faut pou l’antivol. Et te caches dins tin porte-monnaie… et t’èrwette dins l’fond de t’tace… Ene fos qu’t’as treuvé, te vos que c’ti qui a pris l’carrette l’fos d’avant, i-a laîchi ène masse d’papis et d’cartons d’imballache dins l’fond. I faut toul’même ête rue-tout-jus pour laîchi tout imblavé comme cha ! Si que t’n’as pos d’sanche, i-ara toudis bin ène reue qui n’va nin drot ! Cha fait qu’te dos pochi à perde t’n’haleine pour avinchi… ou bin, te dos marcher cron, comme in crabe.

Ene fos qu’t’as muché dins l’boutique, ch’est bin difficile d’treuver cheu qu’tas d’zon. I-a tell’mint d’sortes d’affaires là-d’dins. In puque, ch’t’à croire que d’pus l’dernire fos qu’t’as v’nu, is ont tchangi tous les rayons d’plache. Mi j’pinse qu’is font cha pou t’faire indever !

Ene fos qu’t’as rimpli tin caddie avec tin bouticlache, i faut daller à l’caisse pou payi. Bin seûr, i’a ène masse de monde tout partout, et t’es bin obligi de t’mette au bout de l’file pour attinde tin tour. Ch’est là qu’ène guèrnoule, elle dit dins l’micro que l’caisse quate elle va ouvrir. Tout d’sute, les gins is tcheurtent vers cheule-làle. Si qu’te n’as nin saut’lé assez veute, acore ène fos, i n’d’a d’jà quate pa-d’vant ti. Et cha contineue : te tchés sur ène famile qu’est v’nue acater ses provisions pou tout l’mos, avec deux carrettes rimplies à l’coupette… et cha dure… et cha dure ! Pindant c’temps-là, te vos qu’les ceux de l’file que t’as quitté, eusses, is avinchtent grammint pus veute. Damache !

Ou bin, i-a ène glaine qu’a voulu acater in soutien-gorche, mais qu’i n’avot nin l’prix d’sur, adon, i faut ratinde après c’ti du rayon… mais qu’après, elle s’a abusé, et ch’nest pos s’tale, et que, pou finir, elle ne le prind nin ! J’tchéros mort de l’rache que j’ai !

Alfos aussi, te tchés sur ène vièle qui veut payi sin compte avec les doupes d’sin porte-monnaie… et elle cache après les m’tités piches pou donner juste… mais qu’elle n’a nin ses bonnes leunettes et qu’elle ne vot nin bin… Ou bin ch’tène guèrnoule qui veut faire in chèque mais elle n’èrtreuve nin sin carnet au fond d’sin cabas… Ou bin ch’t’ène qui a dékeupé ène masse de bons dins les réclames et l’caissière elle dot èrwetti si qu’is sont acore valables… Ou bin ch’est ène aute qui veut les timbres pou coller su s’feule d’réclame…

Si vraimint, ch’n’est nin tin jour, adon, te tché à l’caisse sur « le stagiaire ». Cha, ch’est l’pompon, « le stagiaire » ! Ch’est toudis in étudiant, dégourdi comme ène mouque dins l’hûle ! Li, i-arrête tous les chinq mineutes, pasqu’i n’sait nin commint qu’in fait avec les chèques-repas, ou bin avec el’s’affaires à moins chinquante pourchints, et qu’i dot d’minder à sin chef… Ou bin alors, ch’est l’contraire, et ch’t’ène caissière qui attrape  l’mors-aux-dints et qui rue tes commissions su l’tapis tell’mint veute que t’n’arrife nin à mette assez rade tes affaires dins tin cabas.

Enfin, te buzies qu’t’arrifes au bout d’tes misères : te sors du boutique in pousssant bin fort t’carrette pasque cheule sal’té d’reue, elle ne veut toudis nin tourner pa doù qu’te veux daller. Ouais mais… te n’sais pus doù qu’elle est t’n’auto ! T’as oublii d’èrwetti dins tcheulle allée qu’ch’étot. T’es parti pour ène belle pourménate, avec t’lanque qui pind in poussant tin caddie qui va cron. Tchand qu’t’arrifes enfin à èrtreuver t’n’auto, t’es tout cru d’sueur… mais… i faut acore tout mette dins l’coffre… et èrporter l’pétite carrette qui roule cron !

Non, te vos, mi... faire les commissions au grand boutique, eh bin… mi… cha m’énèrfe !!!

Pierre NOEL.

banniere parlache.jpg

Lien permanent 1 commentaire Imprimer

Commentaires

  • Et bin mi avec

Les commentaires sont fermés.