Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Racontaches in picard par Gérard Platevoet et Alexandra Biebuyck : "À l’espectaque" pa Gégé d’ Néchin

    banniere parlache.jpg


    À l’espectaque pa Gégé d’ Néchin

    singer-2374445_1920.jpg

     

    Z’avez d’jà tous été à ein concert d’ein canteu obin d’eine cardeonnette. Alfeos ch’est dins des festivals. J’ dis bin festivals et pos festivaux. Ch’est eine eseptieon.

    Pou l’ ceu qu’i n’a jamais été, j’ vas espliquer commint qu’ cha s’ passe.

    Si t’y vas, ch’est qu’ t’as intindu l’ pousseu d’ romance à l’ radio  et qu’ t‘as invie de l’ vir canter su scène. Obin, ch’éteot t’n anniversaire ou t’ départ à t’n ortraite et i n’ d’a ein qu’i n’ saveot pos quoi t’offère. I s’a dit qu’ cha t’ f’reot plaiji d’aller à ein concert puteôt que de t’ deonner eine crowate obin des bertielles.

    Cha coûte fin cher pou ti avoir eine plache. Ch’est vite pus d’ chinquante et ch’est souvint pus près du chint. Et j’ parle ichi in euros, pos in inciens francs.

    T’arrives pa d’vant l’ salle d’espectaque. I-a d’jà là eine masse de gins, tertous rabis d’ vénir acouter ceulle vedette. Ch’est bramint des jeones qui seont là avé d’s écouteurs su leus orelles. Je m’ demande commint qu’i veont intinte l’ canteu.

    Pou approcher, te t’ fais bahuter, on t’ marche su t’s ortieaux, on t’ochenne comme ein preonier.

    Eine feos qu’ t’es d’dins, i-a pos eine plache pou t’assir. T’es d’ pied dreot, intassé l’ein conte l’eaute, comme dins eine boîte as saurets. Vu l’ misère qu’i-a fallu pou rintrer, tertous i-est tout cru d’ queaud. Banjour les sintimints quand i lèv’tent leus bras. I n’ d’a bramint qu’i-eont ein bras l’vé d’puis l’intame. I fim’tent tout avé leu téléphone portape ou leu smarphone. I n’ voitent rien du concert. I l’ voireon’nt à leu maseon. I-a pos que l’s odeurs de d’ssous les bras. Avé l’ misère t’as l’ bouquet complet. Du Maroilles au chou d’ Bruxelles. Ch’est là avec qu’ j’ai compris qu’on délommeot les fayeots el’ piano du paufe.

     

    Pa d’vant ti, i-a là ein grand dépindeu d’andoule. Si t’es ein moucheon d’étalache, te n’ veos pos l’ scène. Jusse ein peo d’ timps en temps quand l’s eautes i baloch’tent in applaudissant.

    « Vous êtes là ? », qu’ j’intinds berler.

    Je n’ veos pos dusque j’ s’reos ailleurs vu que j’ sus t’ichi..

    « Cha va. Vous allez bin ? »

    Si j’ deveos deonner m’n avisse, j’areos bramint d’orproches à faire.

    « Vous êtes contints ? »

    Va t’in dire eine séquoi. Boum ! Boum ! L’ bétonneusse i rambuque tellemint qu’ te n’ peux pos in placer eine.

    « Est-ce que vous êtes là ? », qu’i dit de r’tour. “Is eont des is et n’ voitent pos, is eont d’s orelles et n’intind’tent pos.” Ch ‘n’est pourtant pos Gilbert Montanié. Si i n’ veot pos clair, i n’a qu’à r’saquer ses noirtés neunettes et ouvère ses is et i verra bin qu’on est là.

    « Vous êtes queauds ? »

    Cha, pou ête queauds, on est queauds. M’ quémisse i colle à m’ deos et l’ suée i guile tout l’ leong de m’ colonne verticale.

    Beon. L’ gaillard i c’mminche à canter. Eine phrase… et i tind s’ micreo vers el public.

    « Vous volez canter avé mi ? » Et tout l’ binte d’annochins i répond « Ouaiaiaiaiais ». j’ pinse qu’on areot bin fait d’ s’absténir, pasqu’eine feos qu’on a c’mminché, l’ pousseu d’ ramaches li i s’ tait et i t’acoute. Ch’est nous eaut’s tout seus qu’on cante.

    I n’ d’a qu’i berl’tent comme des possédés, à mitan feaux dins t’n orelle. D’ tous les faceons, t’ n’intinds pos l’ même cosse dins t’n orelle droite et dins t’n orelle gueauche.

    « Pus fort. Je n’ vous intinds pos.» D’jà que taleur, i n’ veyeot pos clair, v’là qu’asteur i-a d’vénu sourd.

     « Tous insanne, tous insanne, tous - in - chœur. Et on lève ses bras. Et on tape dins ses mains. »

    I n’ minqueot pus qu’ cha. Ch’est des baffes que j’ vas r’cevoir. Et cha n’rate pos. I-a l’ ceu d’ pa d’rière qu’i m’in colle eine et les zozeos d’ côté qu’i m’ deonn’tent des queops d’ queute dins mes côtes. Je n’ d’ai l’ chifflet copé.

    « Et qu’ cha seaute. El ceu qu’i n’ seaute pos i n’est pos avé mi.»

    Et v’là tertous qu’i sautielle à pied d’agache, d’sus ein pied et puis d’sus l’eaute. J’ai c’mminché avec el mauvais pied, adeon, je m’ fais époutir m’s ortieaux l’s eins après les eautes.

    Et l’ov’là qu’i déquind du ponteon, pou rincontrer son public, comme i dit. I vol’tent tertous el’ toucher. Et li, i fait des mimisses à l’eine ou l’eaute. I queusit bin seûr les pus bellés pouillettes.

    « Vous êtes toudi là ? »

    Je n’ veos pos dusqu’on ireot. Approuv’ seul’mint d’ wider déhors. Même t’ortourner, te n’ pourreos pos.

    Et cha dure, et cha dure. Pou chaque cancheonne i d’a pou ein quart d’heure au moins fellemit qu’ tertous i-orprind el même ringaine.

    Même pos d’intraque pou chuffler et in boire eine.

    Et l’ canteu, quand est ç’ qu’i cante ? T’as payé t’ plache  des 10 et des chints pou l’ concert et ch’est ti qui deos acor canter. Ch’est comme l’ouverrier et s’ patreon. I d’a ein qui ouèf’ et l’éaut’ qui ramasse les liards.

    « Applaudissez-vous ». Tant qu’à faire, ch’ n’est qu’ justice. Et tous les balous autour de mi, i tap’tent dins leus mains.

    Et t’as intérêt à connaîte t’ leçon.

    Te t’ croireos à l’école quand te deos répéter l’ corbieau et l’ornard obin tes tapes d’ multiplicatieon.

    Comme j’ n’ai pos tout orténu, j’ fais aller mes babennes pou qu’ je n’ passe pos pou ein babache.

    Et ch’est ainsin deux heures durant. Quand te pinses que ch’est fini, t’as d’s agozils qu’i berl’tent « Eine eaute, eine eaute. » Et tout contint, l’ pousseu d’ romance i-est or’parti pou ein tour.

    Ch’est alfeos ein métier dangereux. On m’a raqueonté qu’ein queop, i-a eine cardeonnette qu’i s’a ruée dins l’ public in pinsant qu’ les gins is alleottent l’ rattraper et l’ porter. Pétête qu’elle n’aveot pos fait régime et qu’ les gins i-eont eu les finques pou leus bras, mais i l’eont laichée caire. Elle s’a rétalée d’ tout son leong et cha s’a terminé à l’hôpital.

    I n’ d’a ein eaut’ qui-a rué s’ quémisse qu’ ses fans i-eont mis in ferloupes. J’ n’ose pos l’ dire trop fort pou n’ pos faire esploser les cœurs casuels, mais i n’ d’a eine qu’i-a rué s’ pétite culotte dins l’ public. Ne l’ disez pos à m’ feimme, ch’est mi que j’ l’ai agrapée.

     

    Infin, ch’est comme quand l’ mer meonte, elle finit pa ordéquinte. L’espectaque i finit et te t’otrouves à l’ cour comme si t’aveos été dégobillé d’ein avaloir ingoslé.

    Te rintes, t’as tes pieds et tes orelles à moule, mais t’aras tout plein d’affaires à raqueonter à tes amisses. I t’ feaut faire beonne figure pou n’ pos passer pou ein nonoche.

    “Ch’éteot génial, t’areos vu cha. Te d’as raté eine belle.”

    Mi, te n’ m’aras jamais pus dins eine affaire parelle.

    Tins, à propos, quand qu’ ch’est el prochain concert à l’ Fiête des Hurlus ?

     

    Gérard Platevoet

     

    Lexique : cardeonnette : chanteuse / rabi : fort désireux / bahuter : bousculer / ochenner : secouer / d’ pied dreot : debout / sauret : hareng saur / cru : mouillé / intame : début / fayeot : haricot sec / dépindeu d’andoule : grand maigre / moucheon d’étalache : petit maigre comme un moineau / balocher : balancer / berler : crier / rambuquer : cogner / guiler : dégouliner comme du sirop / zozeo : naïf / queute : coude / chifflet : sifflet / à pied d’agache : sur un pied comme la pie / mimisse : baiser / balou : balourd / babenne : lèvre / babache : idiot / agozil : malotru / avoir les finques : avoir peur / ferloupe : haillon / casuel : fragile / ingoslé : étouffé / nonoche ; idiot

     

    Lien permanent 0 commentaire Imprimer