Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Racontaches in picard par Gérard Platevoet et Alexandra Biebuyck : Par habitude et facilité, les fumeurs jettent leurs cigarettes par terre et les écrasent. Sait-on les dégâts que cela peut causer? Gégé de Néchin vous l'explique.

banniere parlache.jpg

Par habitude et facilité, les fumeurs jettent leurs cigarettes par terre et les écrasent. Sait-on les dégâts que cela peut causer? Gégé de Néchin vous l'explique. 

cigarette-butt-238161_1920.jpg

Ramassache de mégots, pa Gégé d’ Néchin

On parle alfeos des sas in plastic, des canettes, des palles, des crottes de tchien, tout ç’ qu’on ortrouve pa tierre dins no chité et no campane. J’ai d’jà parlé du ramassache des déchets. Et bin ! I n’ d’a pus, i d’a acore. Y-a des momints, ch’est eine vraie pourchell’rie. J’ai li qu’à Étaimpuche i-a des gins qui veont ramasser les mégots qui traîn’tent dins les rues. Y-a deux ans, Notélé i nous raqueonteot qu’y-aveot des dijaines de corageux qui-aveottent ramassé les mégots dins des couans d’ Tournai. In deux heures, is in eont récolté 68000. Ouais, ouais, t’ n’as pos l’ bleusse vue. J’ n’ai pos mis ein zéro d’ trop. Soixante-huit mille ! Quand on pinse qu’ein mégot i peut polluer chinq chints lites d’ieau et que l’ décompositieon du filtre i peut printe d’s ainnées, i-est temps d’ faire eine séquoi. Commint ch’est possipe ? Les feumeus i n’ seont pourtant pos tous des cras. Mais beon, ch’est d’vénu ein réflesse. On finit eine cigarette, on l’ rue pa tierre et on l’époutit pou l’éteinte. Ch’ n’est pos de l’ mauvaisse volonté, mais eine mauvaisse habitute. Jimoule ein queop que l’s astronautes ch’est des feumeus ; on va d’voir aller ramasser leus mégots su la lune! Adeon, i faudra vite trouver des solutieons. L’ pus facile, ch’est interdire et punir. À Rotterdam, i-a des rues dusque te n’ peux pus feumer, d’s eautes couans dusque t’as tout d’ suite ein procès eine feos que t’ rues t’ mégot.

J’ pinse qu’ameon nos eautes, on d’vreot c’mmincher pa l’éducatieon. Pou cha, i feaut in même temps deonner les moyens. I feaut des bacs as chintes aux beons indreots : gare, intrées d’ boutiques, d’églisses, d’administratieons, tout près des bistreots… In puque, chaque feumeu i d’vreot avoir ein chindrier portape. On d’mante bin au ceu qu’i pormène s’ tchien d’ deonner l’ prouèfe qu’i-a ein saclet pou importer l’ sintinelle que l’ tchien i pourreot déposer.

Quand j’éteos à l’école et qu’ j’aveos fait à r’bours, j’ deveos copier quéques chintaines de lines. Pou l’ feumeu sans chindrier, on li donnereot eine pétite boutelle qu’i d’vreot rimplir de mégots ramassés. Et pou l’ceu qu’i s’ fait printe à ruer ein mégot pa tierre, l’ même punitieon mais avé eine grante boutelle. Cha n’ cangera pos l’ meonte, mais beon, cha s’reot d’jà eine beonne intame.

 

Lexique : pourchell’rie : porcherie / avoir l’ bleusse vue : voir quelque chose de travers / feumeu : fumeur / cras : sale / époutir : écraser / ruer : jeter / jimouler : imaginer / ameon : chez / chintes : cendres / prouèfe : preuve / saclet : sachet / sintinelle : étron / faire à r’bours : faire de travers / intame : début.

Gérard PLATEVOET

 

 

Lien permanent 0 commentaire Imprimer

Les commentaires sont fermés.