Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Racontaches in picard par Gérard Platevoet et Alexandra Biebuyck :"El minjeu d'cats" de Pierre Noël avec texte et vidéo.

noel 2.JPG

 

El minjeu d’cats.

 

Huit heures au nt. I n’a pus gramint d’monte dins les rues du Tutchet. In attind fort bin in brut qui vint d’pus in pus fort. Ch’est « La Plote » qui déchind el rue de l’Marlire. I pousse ène brouète à pétrajes doù qu’i-a mis tout cheu qu’i-a ramassé aujourd’hu.  La d’zeur, i-a ène paire de boutèles à monti veudes, ène vièle sèle doù qui manque ène patte, et ène masse d’berloufes. In n’sais nin quo qu’ch’est qui fait l’puque ed brt : el reue qui grène ou bin La Plote qui bertonne à li tout see. I ést accore ène fos bèrzike pou seûr!

D’sin vrai nom « Gérard Vasseur », in n’a jomais su vraimint d’où qui v’not. Ch’t’in traine-misère, in ramasseu d’ordure et d’tout c’qui treufe. In n’sait nin doù qui reste : achteure, in dirot que ch’t’in « s.d.f ». Cha fait d’s années qui trandèle dins l’quarti. Tchand qu’les gins is l’votent, i tchangtent d’trottoir. I faut dire qui n’ést nin fort prope sus li ! In l’a toudis connu avec sin cras pal’tôt, s’marronne à tros qui tché au mitant d’sin tchul, et toudis des bottes in catchouc. Jomais d’èrlavache et ène barpe d’Mathusalem. Cha fait qu’i pue à faire tcheurir in vos même les ceusses qui n’sont nin nareus. 

Avec cha, i-a l’vin mauvais. Tchand qu’i-a ène dache, i s’met à djeuler au mitant du pavé, même qu’i fait peur à l’s afants. I berdoule des droles de contes, du temps qu’i-étot dins l’armée al’mante et qu’i-a tué à li tout seu deux compainies. Comme i-èrvint toudis avec les mêmes bleusses, in n’sait nin si i n’a nin ène séquo d’vrai là-d’dins. Adon, les gins is aimtent mi tcheurir in vos tchand qu’i passe !

V’là tout d’in cop, qu’i s’arrête tout d’ène trake. I-a vu in cat qui wène au mitant du pavé. Ch’t’in beau mâle tigré. I n’a nin vu l’èrlake arriver tel’mint qu’i-est otchupé à faire des mènes à ène belle rousse cate avec des zis dorés. L’ayoût, ch’ést l’mos des cats. D’ène seule main, La Plote claque el reste d’el sèle à terre : i-a ène force du djale ! I s’ertreufe avec foque in long meurceau  d’bos dins s’main. Avant qu’cheule bête elle a vu ène séquo, il li a donné in cop su s’tête, et l’cat i ést rétindu... mort ! El luseu i a ène mousse ed contintmint. I ramasse el matou pa l’peau d’sin cou, et i l’rue su l’brouète, au mitant des berloufes.

I n’li faut nin lonmint pou arriver au Cuirassier, pa l’rue du Couët. I-a vite fait d’printe ène paire de poreaux dins in gardin, in passant. I prind el long du riez, just’avant l’guérite des donis. Ch’est là qu’elle est s’muchote, foque ène paire de planques avec ène tole pa-d’zeur. Tout d’sute, i casse l’reste de l’selle in p’tits meurceaux, et i in fait in mont avec ène boule de papi journal. I craque ène alleumette, et i-alleume sin bos au mitant  ed tros grosses briques. I-attrape l’cat, et i comminche par el’loyi par ses pattes de d’rire à ène branque d’arbe. I sort in couteau de s’tasse, et i l’a bin vite dépiauté. In vot bin qu’ch’ést nin l’preumi qu’i arringe ! I-a arrêté d’rutler et l’leumire du fu fait comme d’s éclairs dins ses zis. In dirot des zis d’maboule… à faire peur ! I claque les meurceaux d’cat dins ène vièle boîte in fer qui li sert ed couët. I met acore les poreaux pleins d’bédoule et d’l’eau qui tché dins in séau tchand qui pleut. Tout fait farine au molin, qu’i buzie !

El pus dur, ch’ést d’attinde que tout i ést tchu. Adon, el boutèle elle prind acore in sacré cop. Après tout cha, La Plote i veude l’eau du bidon dins l’riez et i prind les meurceaux dins ses crasses mongns. I-avale tout cha, comme in galafe, in faijant autant d’brut qu’in tchin sus s’n’oche. Achteure i ést tché assis sus’brouète. El cras i djile dins s’barpe et i dot s’èrcouer avec es manche. El cat i n’a nin fait long fu !

Ch’est ducasse à ç’soir pou Gérard Vasseur. Après qu’i-a minjé l’cat et bu sin mauvais rouche, i ést maflé et i tché mort mate. Inter deux reups, i ronfel’ra ch’qu’à d’main, près du fu qui s’éteint ! El tête d’in inochint, elle ne blanchit jomais, qu’in dit !

 

Pierre NOEL.

 


Lien permanent 2 commentaires Imprimer

Commentaires

  • Merci pour la bonne recette, j’attendrai quand même le lundi perdu pour manger du bon lapin, je préfère.

  • Bonjour, J'ai lu avec intérêt votre histoire, j'ai vu à maintes reprises ce personnage, j'habitais rue du Couvent mais je ne savais pas qu'il s'attaquait au chat, mes parents ne m'en ont jamais parlé ou ils ne le savaient pas ou ils n'osaient pas me le dire, j'en avais déjà tellement peur et j'ai toujours eu une adoration pour les chats ! J'ai beaucoup aimé votre texte, il m'a permis de faire un bon je dirais de soixante ans ou plus en arrière et vous le décrivez tellement bien, c'est surtout aux femmes qu'il en voulait et qu'il insultait et comme vous le dites si bien les enfants nous étions plus qu'effrayés, merci pour ce beau texte !

Les commentaires sont fermés.