Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Racontaches in picard par Gérard Platevoet et Alexandra Biebuyck :"J’ai core eu l’ peont" d'André Leleux de Leers-Nord

Le texte de ce jour nous parle de l’écluse du canal.

L’écluse du Hermonpont sur le canal de Roubaix a causé bien des soucis à ceux qui devaient franchir le canal. Elle avait la particularité d’être la seule des 12 écluses du canal de Roubaix à se trouver sous un pont levis. Celui-ci restait donc levé durant les vingt minutes que prenait chaque éclusage.  

Merci à Philippe Michiels pour les photos ainsi que pour les patientes et aimables recherches historiques. Il en ressort que « Le pont a été inauguré par M. Courier, bourgmestre de Leers-Nord et M. Losfeld, bourgmestre d’Estaimpuis, le 28 août 1972. La cérémonie fut rehaussée par la présence du ministre Califice. »

extrait de «  Promenade de Leers-Nord » 1ère version couverture beige

 

J’ai core eu l’ peont

ecluse.JPG

 

Ein canal !  Mon qu’ ch’ést beau, ein canal !  Dés arpes, souvint des lines de heauts blancs-beos, ein k’min d’ halache tout du leong, dùsque te peux pourméner tout bouboule si te veux.

Ch’ést nin ein rèfe, cha ?  Pétête.   A part aussi que te d’vras souvint t’ mette su l’ côté pasque d’s inragés cyclos is veultent batte d’s èrcords et ch’ést tout jusse s’is prenn’tent l’ timps d’ faire aller leu sonnette.  A l’ canditieon d’abord qu’is n’ d’eont ène, de sonnette. I paraîtreot que cha alourdit l’ machine à ein point que te n’ sareos nin l’imaginer.  Et adeon lés performinces is souffèrtent.

V’là l’ canal, point d’ vue de l’ ceu qu’i va du leong.  Mais i-a aussi l’ point d’ vue de l’ ceu qu’i l’ traverse.  Pasque, à tout printe, i-a toul même dés routes pou aller d’ichi à là, et que si l’ canal i-ést intèr deux, i feaut bin passer d’ein côté à l’eaute. 

Nin d’ quo d’in faire ein problème.  Bin lonmint avant lés romains, in aveot d’jà invinté lés peonts.  Ein peont nin trop tchir, autèrmint dit : ein peont qu’i n’ coûte nin ein peont, ch’ést l’ peont à bascule.  El système i-ést facile : quant ène péniche elle arrife, in lèfe el peont.  Avec ène grante reue à manivelle et dés cables in acier su l’ tambour, l’ pantonnier i erlèfe l’ tablier.  I l’ met dreot pou faire plache au bateau.  Lés autos, lés vélos, tout l’ meonte i attind pad’rire lés barrires.  L’ bateau i passe, in rabache l’ tablier, et l’ circulatieon elle èrprind.   Cha prind chinq minutes à tout casser.  L’ pantonnier i-erprind sin vélo, et i va ouvère l’ peont d’après.  Te n’pinses toul même nin qu’in alleot mette ein heomme à chaque peont !

Jusque là, tout i va bin.  Mais t’ adveine bin qu’i-a ène séquoi qu’elle va tout faire aller d’ travers.  

Et ceulle séquoi, ch’ést l’éclusse de l’ Hermonpont.  I-a dousse éclusses in tout d’ l’Escaut squ’à l’ Deûle, mais foke ène in d’zous d’ein peont !   Et in puke, bin intindu, ch’ést su l’ route inter Taimpuche et Lèrze-Nord !  Quo qu’il y fait ?  Bé il y fait qu’ène trintaine de feos tous lés jours  in s’maine, quansque l’ peont i s’ lèfe, i feaut attinte ein m’tit vingt minutes, alfeos puke, avant qu’i s’ rabache.  Ch’ést l’ timps qu’i feaut pour ouvère lés portes d’ l’éclusse, faire rintrer l’ péniche in d’dins, sérrer les portes pa d’rire, laicher l’éclusse s’ rimplir oubin s’ vuder ch’ést selon, èrsérrer lés vannes, et pour finir ouvère lés portes pou l’ péniche sortir.  Et à lés heures que lés gins is deottent arriver à leu traval, cha peut porter su lés nerfs.  Adeon, quansque quéquein i-arriveot in r’tard, in intindeot souvint l’esplicatieon : « j’ai eu core eu l’ peont ».  Et lés pus futés d’vous-eautes, is eont d’jà èrmarqué que l’ meot l’ pus important, ch’ést « acore », pasque ène imbroule ainsin, cha n’arrife nin foque ène feos, ah neon !   

Quansque l’ pantonnier i-approche pou mette l’ chaîne in travers du k’min, i n’ d’a toudis l’ein oubin l’eaute qu’i arrife acore à passer..  Mais i n’ d’a aussi toudis ein qu’i a beau faire qu’i va ête in r’tard, qu’in li répand qu’i-a rin à faire, et qu’i deot s’y faire.  I-areot acore eu ein m’tit cabaret tout près (ein d’ chaque côté du peont, bin intindu), cha aureot pétête pouvu ête ène cansolatieon.  Mais là, rin, désert, à sec.  Adeon, tout l’ meonte i rattind.  In a vu dés gins rakeonter l’ keonte, dés feimmes tricoter, dés hommes sortir ein feumer ène, èrwetter l’ marinier, oubin core mieux, l’ marinière.  Les habitués, lés pus prévoyants, is aveottent toudis ein life avec eusses.

Lés gins is eont réclamé pindant d’s ainnées.  Finalemint, in 1972, el peont  à bascule in fer i-a été rimplaché par ein eaute fiske in béton, qu’i passe vingt mètes pus heaut pad-zeur ed l’éclusse, avec ène grante arche de chaque côté, dùsque lés couleons is peuftent fréquinter oubin  s’ èrposer.  A partir de c’ momint-là, éclusage oubin nin, tout l’ meonte i passe franc battant. 

El médalle elle a ein m’tit ervers.  Lés ceusses qu’is pouveottent campter su l’escusse ‘j’ai core eu l’ peont’, pou èspliquer leu n’èrtard, is eont d’vu treuver eaute cosse.   D’ timps in temps, ein distrait i cantinueot à èrsortir ceulle l’èscusse par habitute.  T’in fais nin, i s’ faiseot èrmette à plache aussi vite.   In li diseot : « ti, l’ coulteu, t’arraches el sac ! »

Mais asteur qu’i n’ passe quasimint pus d’ bateaux, i n’ d’a qu’is s’ plaign’tent d’èrtour.  Tous lés feos qu’is veultent traverser l’ canal à vélo, is doiftent s’ taper ceulle rute mantée du peont.  « I-alleot pus facile avant », qu’is dis’tent. 

Dis ç’ que t’ veux, mais lés gins is n’ seont toul même jomais contints !

André Leleux

 

Lexique :

blanc-beos ; peuplier // rabacher ; abaisser à nouveau // adveiner ; deviner // coulteu ; menteur //

 

.

Lien permanent 1 commentaire Imprimer

Commentaires

  • Merci André pour ce texte qui nous permet de patienter pour des retrouvailles , autour d’une moules frites entr’autre , bientôt, espérons le
    Amitiés
    Monique

Les commentaires sont fermés.