Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Covid 19 les chiffres au 22 février : situation au national, à la province et au local (hospitalisations en hausse)

    virus-4931227_1920.jpg

    Image par mohamed Hassan de Pixabay 

    covid 1 23 fevrier.JPG

    covid 2 23 février.JPG

    covid3 23 fevrier.JPG

    covid 4 23 fev.JPG

    covis5 23 fev.JPG

    Lien permanent 0 commentaire Imprimer
  • Conseil communal du 22 février : Question de Fréderic Di Lorenzo (PS-LB)

    ceme3.jpg

    Question de Frédéric Di Lorenzo :

    di lorenzo.gifNous avons pu lire récemment sur les réseaux sociaux et dans la presse que le CEME était victime de son succès. Pourriez-vous nous en dire davantage ? Où en sont les inscriptions ?

    Pourra-t-on accueillir tous les Estaimpuisiens qui souhaitent s'inscrire ?

    En outre, pourriez-vous nous faire le point sur le dossier de la construction du nouveau bâtiment ? Début des travaux ? Echéancier ?...

    Réponse de Daniel Senesael :

    senesael.gifEffectivement, comme vous avez pu le lire, notre école secondaire est en quelque sorte victime de son succès puisqu’à présent, alors que nous disposons de 96 places, nous avons reçu 115 inscriptions en première année pour la rentrée prochaine, ce dont nous nous réjouissons. Quant aux années suivantes, nous comptons 6 inscriptions supplémentaires pour la 2ème et 10 pour la 3ème. Conformément au décret, la période d’inscription s’étend jusqu’au 5 mars inclus. Nous pouvons dès lors raisonnablement penser que d’autres inscriptions seront encore enregistrées d’ici là.

    Quant à savoir si nous pourrons accueillir tous les Estaimpuisiens qui le souhaitent, il est difficile de répondre à ce stade.

    En effet, afin de départager tous les inscrits, 5 critères de priorité spécifiés dans le décret sont d’application. Ainsi, sont prioritaires les élèves qui ont un frère ou une sœur qui fréquente déjà l’établissement, les enfants en situation précaire, les enfants à besoins spécifiques, les élèves fréquentant un internat et enfin les élèves dont un parent travaille dans l’établissement.

    Pour les autres élèves qui n’entrent pas dans une de ces 5 catégories, il y a lieu de comparer leur « indice composite ». Cet indice qui est initialement de 1 est multiplié par différents coefficients relatifs à plusieurs éléments, tels que la préférence d’établissement exprimée lors de l’inscription, la proximité entre le domicile et l’implantation secondaire visée, la proximité entre l’implantation primaire d’origine et l’implantation secondaire visée, l’offre scolaire dans la commune de l’école primaire d’origine ou encore les partenariats pédagogiques existants entre l’école primaire d’origine et l’implantation secondaire visée.

    Compte tenu de ces critères, il ressort que, si les élèves de nos écoles fondamentales ne sont pas forcément prioritaires, ils sont toutefois nettement avantagés par rapport à des élèves venant de Tournai, de Mouscron ou de l’autre côté de la frontière par exemple. Nous pouvons dès lors raisonnablement penser que tous les élèves Estaimpuisiens qui le souhaitent auront leur place au CEME.

    En ce qui concerne le dossier de construction du nouveau bâtiment, qui pour rappel consiste notamment en la création de 17 classes, d’un labo de chimie, d’une salle multisports, d’une salle de gymnastique et de 9 locaux de types administratifs qui pourront accueillir l’éducateur, le secrétariat, l’économat, la direction, l’infirmerie, le PMS, la salle des professeurs, je peux vous dire qu’il avance bien.

    Le responsable sécurité-santé, à savoir Gauthier Callens de CPC consult a été désigné et les invitations à soumissionner ont été envoyées avec une ouverture d’offres prévue le 2 mars à 11h00.

    Cette ouverture sera suivie de l'analyse de ces offres par le bureau d'architecture désigné à savoir B612, de l'attribution par le collège durant le mois d’avril, et de deux mois d'analyses du dossier par la tutelle et le pouvoir subsidiant.

    Le début des travaux est donc prévu pour début septembre 2021. A cet égard, une information à la firme désignée sera réalisée afin de garantir cette période de début des travaux.

    Le délai d'exécution est quant à lui fixé à 540 jours calendriers ce qui nous amène à une fin du chantier estimée à mai 2023 - en tenant compte des congés du bâtiment.

    En tout état de cause, sachez que toutes les précautions ont été prises afin que le délai de réalisation des travaux soit respecté notamment par l’application d’astreintes très conséquentes sur un délai partiel et d’amendes en cas de retard.

    Pour être complet, je terminerais en vous indiquant que les travaux de réfection de l’actuel bâtiment qui consistent en l’aménagement du second étage avec la création de 6 classes et une remise aux normes de l’électricité et de la sécurité incendie se poursuivent et devraient être finalisés pour la rentrée prochaine.

    Lien permanent 0 commentaire Imprimer
  • Conseil communal du 22 février : Questions de Xavier Adam (Ecolo)

    canal.JPG

     

    Question de Xavier Adam :

    adam.gifÉconomie d’énergie : Lors de la commission conjointe Travaux-Ruralité de jeudi dernier, vous avez évoqué la pose d’un éclairage intelligent le long du Canal de l’Espierre entre la rue du Château d’eau (Saint-Léger) et la rue d’Evregnies comme porte d’entrée pour le projet POLLEC. Avez-vous reçu les autorisations nécessaires pour sa réalisation ?

    En matière d’économie d’énergie, le collège a aussi prévu dans son budget la climatisation des bureaux Finances-Environnement-Urbanisme. Pensez-vous que la climatisation permettra d’économiser de l’énergie ?

    Réponse de Daniel Senesael :

    senesael.gifConcernant les autorisations relatives à la réalisation du projet de pose d’un éclairage intelligent le long du Canal, nous avions reçu en septembre 2019 un accord de la part de la Direction du Département des Voies Hydrauliques de l’Escaut du SPW Mobilité quant à la faisabilité technique et l’occupation du domaine public pour l’installation dudit éclairage.

    Etant donné que cet éclairage sera installé sur un site classé, il s’avère qu’un permis reprenant l’avis préalable de l’Agence wallonne du Patrimoine est nécessaire. S’agissant d’un projet pilote, il nous avait préalablement été renseigné, à tort semble-t-il, qu’un tel permis ne devait pas être sollicité. Afin de régulariser la situation, nous avons entamé les démarches utiles à l’obtention de ce permis.

    En ce qui concerne la climatisation, elle n'est, mais j’imagine que vous vous en doutiez, pas destinée à réaliser des économies d'énergies, mais vise plutôt à améliorer le bien-être des membres du personnel de ces différents services qui, lors des périodes de chaleur, se retrouvent à travailler dans des locaux surchauffés. Cette surchauffe étant due à l'isolation peu performante du bâtiment et à une qualité de finition qui, si elle était correcte lors de la construction du bâtiment, ne répond plus aux standards actuels.

    La pose de cette climatisation, qui sera utilisée ponctuellement constitue donc une solution temporaire et à moindre coûts qui vise à améliorer la qualité "de vie" dans les espaces de travail, en attendant de prévoir un dossier de rénovation totale de la maison communale qui se concentrera sur les aspects isolation, châssis, toiture ou encore ventilation et ce, dans le cadre de objectifs climatiques à rencontrer et tels que repris dans notre PST.

     

    college.jpg

     

    Question de Xavier Adam :

    adam.gifCollège de la Salle. Comment évolue le dossier ? Par ailleurs, deux véhicules sont abandonnés depuis des années sur le site. Quelle est la législation en la matière ? Qu’en disent nos différents règlements, notamment celui de la police zonale ?

    Réponse de Daniel Senesael :

    senesael.gifNotre règlement général de police stipule en son article 171 que : « Les propriétaires ou détenteurs de carcasses, véhicules hors d’usage, véhicules non immatriculés, ne peuvent déposer ceux-ci dans l’espace public.

    Sans préjudice de l’application des dispositions légales, décrétales ou réglementaires en vigueur, en cas de dépôt sur terrain privé, les propriétaires ou détenteurs de ces véhicules sont tenus de les dissimuler afin de les rendre invisibles de la voie publique et de les traiter de manière à n’engendrer aucune nuisance tant pour le voisinage que pour l’environnement.

    Cette dissimulation ne peut consister en une bâche, un tissu ou un drap souple, posé sur la
    carcasse et laissant apparaître ou deviner une partie du véhicule. »

    En cas de non-respect de ces dispositions, une amende administrative peut être appliquée. A cet égard, je peux vous indiquer que nos services de police ont envoyé un courrier ce jour aux propriétaires du terrain afin qu’ils régularisent la situation. Sans réaction de leur part, une amende leur sera infligée.

    Lien permanent 0 commentaire Imprimer