Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Racontaches in picard par Gérard Platevoet et Alexandra Biebuyck : "Premi rindez-vous" par Alexandra

Dans une semaine, c’est la Saint-Valentin. Je ne vais pas vous dévoiler la surprise que j’ai réservée à Firmin. Je vais plutôt vous raconter notre premier rendez-vous.

Premi rindez-vous

alexandra_InPixio.jpg

I n’ faut nin attinte el 14 févrii pou dire à t‘n homme ou à t’ femme que t’ l’aime bin, mais bon, ch’est à la mote de fêter el Saint-Valentin.

Mi j’ vas passer el soirée avec m’n homme Firmin cha n’ vas nin nous tchingi grammint, i-est dins el même bulle depus bétôt ein an. Je n’ vas nin t’ raquonter che qu’ j’ai prévu, j’ vas putôt t’ raquonter note premi rindez-vous…

Ch’étot eine paire de jours après mes quarinte ans. L’ tching’mint de dizaine i s’aveot fin bin passé. Mi, j’ n’ai nin les finques de vieusir. M’ devisse ch’est ein jour à l’ fos : foque ein jour foque eine misère… Cha n’ vaut nin les russes de s’ carmousser.

J' étos fin bénaiche quind i-a eine drôle d’affaire qui m' a arrivé. Ch’ n’étot nin vraimint ein’ grav’ misère, mais ch' étot ein véritap’ touillache dins m' tiête. Je n’ savos pus dù que j' joquos.

M' vijin Firmin i m'avot invoyi eine invitation à souper au restaurant. I voulot ête tout seu avec mi…I avot dit qu’ ch’étot pour ein momint vraimint espécial. Je m’ demindos ch’ qui voulot. J’ n’avos jamais fait attintion, mais asteur que j’ busie bin, i-avot tchingi d’allurte. Chaque feos qu’in s’ veiot i-étot fin prope. I mettot même de l’ gomina dins ses ch’veux. Dins l’autobus, i prennot m’ main quind j’ montos, i s’asseyiot toudis à côté d’ mi. Et i-avot aussi les bistocaches qu’i m’avot offères à Noé et pou m’n anniversaire. Ch’étot des p’tits cadeaux d’ quéqu’ein qu’i m’ connichot bin et qu’i voulot vraimint m’ faire plaisi. Je n’ m’avos jamais rindu quompte d’ cha. Monnn ! Mais ses pétits gestes i n’ trompottent nin, à m’ mote qu'i d’venot assoté.

Eine paire de jours après l’avoir adveiné, j’avos eine mine de pichoulit : je n' bièqu’tos pus, j’ tournos et j’ ratournos dins m’ lit. J’avos les guerzillons puis j’ étos toute crute d’ quaud. M' tiête i-étot à l'invers, m'n estomac i-étot in touillache. Mais queu dallache? Quo qu’ ch’est qui m’arrivot? Mi qu’i-étos fin bénaiche, v’là que j’ pourmènos à côté d’ mes sorlets. I-avot fell'mint lommint que j' n’avos nin ersintu cha ... Modieu modieu ! Firmin i m’avot tout chimboulée…

J’ m’avos pourtint juré de n’ pus m’ laîchi printe. À chaque quop, ch’étot l’ même film qu’i-erpassot. Au c’mminch’mint, tertous i t’ promet monts et mervelles. T’ n’as nin l’ timps d’avir eine invie qu’i d’a ein pou t’ l’offère. Les démépriseus i diront que ch’ n’est nin possipe pasqu’eine feimme cha rêf’ même in plein jour…Et pourtant, mi j’ te l’ dis bin fort : ein assoté i tching’reot l’ lune in solel pour ti.

Seul’mint te décantes vite. L’homme piche-veinaique i-est bin rate d’ertour et i t’ laîche tout seu. J’ les connos ces jésuites, avé leus mimisses par chi, leus is gadous par là. I t’injôl’tent et six mos après i prenn’tent leus cliques et leus claques.

J’approuvos d’ tout ermette à plache dins m’ tiête, mais m’ cœur i-étot tout in foufiête. J’étos fin trantchille, et asteur m’ov’là tout plein d’ Firmin. Mais je n’ voulos nin tchaire dins ses pas-de-loup, j’ n’aveos pus invie d’ souffère!

Pindant que m’ tiête i-étot à l’oule, qu’ j’avos les pépètes comme si j’allos sauti in parachute, seûr que Firmin i busiot à l’ soirée qui passerot avé mi, bin leon d’imagini l’imbarras dù qu’i m’ mettot .

L’horloche tournot, les minutes i-étottent quautes , j’ voulos incranqu’li l’s aiwilles.

L’horloche tournot, cha a butchi à l’huche

Firmin i-étot là, avec ein bouquet d’ blanqués rôsses. L’ sintimint des fleurs et l’ sinbon qu’i-avot mis su s’ col ch’étot ein drôl’ de touillache. I-avot nin ein picron qu’i-arot osu vénir tourner autour.

J’ veyos dins ses is qu’i-étot aussitant plein d’ingouche qu’ mi. I-étot tout palot. I-a pou s’ deminder si i n’allot nin tchaire dins les pommes. I saut’llot à pied d’agache. Les fleurs is avot’tent l’ tronisse dins ses mains. C’ balou i-avot oblii de m’ les donner. J’ li avos même d’mindé  si ch’étot pou mi. I n’ savot nin queo réponte. In vrai, i-avot l’air biête. I-étot là tout poncieu et mi, j’avos invie d’ l’adodéner.

Su l’ quémin du restaurant, in avot raquonté des bernettes. In arot pu pinser qu’in s’ véyot pou l’ prumière fos.

Nous v’là in tiête à tiête dins l’ fond de l’ salle. I n’avot nin eine rate autour de nous-autes. J’avos toudis autant les pépettes. M’ vinte i-étot tout plein d’ noeuds. Je n’ savos rin avaler. In s’erwettot biec et borne. J’ n’avos jomais ermarqué qu’i-avot d’s is à faire boulir eine sellée d’ neiche. In étot aussitant estamperné l’ein qu’ l’aute d’ête là tous les deux insanne.

P’tit z’à p’tit, l’ timps i s’a dégagi. Les doutinches is ont fait plache à d’s évidinces. J’ pinse qu’in a attrapé ein quop d’ solel, ein quop d’amour, ein quop d’ je t’aime, comme i dit l’ tchanson. Pourtint,  pa d’rire dins m’ tiête, comme l’ mer qu’i montot, i-avot des vagues qu’i roulot’tent. Et j’ busios, j’ busios. Je m’ disos : pou ête libre, i n’ feaut nin avoir les finques et pou n’ nin avoir les finques, i feaut ête libre…

Cha ercomminchot. I-avot des neuaches qu’i-ervennot’tent. J’aveos peur mais peur…Firmin i a treuvé les mots pour m’ rapurer. Après eine paire de s’maines, j’ étos chertaine qu’ ch’étot bin li l’homme de m’ vie et qu’in allot vieusir insanne…

 

Alexandra Biebuyck

Lexique :

Avoir les finques : avoir peur // ne pas valoir les russes : ne pas valoir la peine // se carmousser : se tracasser // bénaiche : heureux // joquer : rester sur place, j’n sais nin dù que j’ joque : je ne sais plus où je suis, je ne sais plus où j’en suis // gomina : produit que l’on mettait dans ses cheveux, « gel » // bistocache : cadeau reçu à l’occasion d’une fête// assoté : amoureux // avoir eine mine de pichoulit : avoir mauvaise mine, être pâle // bièqueter : manger //avoir les guerzillons : avoir la chair de poule // dallache : remue-ménage, désordre // sorlets : chaussures// pourméner à côté de ses sorlets : ne plus être soi-même// piche-vinaique : mauvais caractère// rate : vite, rapidement // les is gadous : les yeux doux // ête in foufiête : être dans tous ses états // m’ tiête i-étot à l’oule : j’avais la tête ailleurs // incranqu’lier : détourner de sa route // butchi à l’huche : frapper à la porte // sinbon : parfum // picron : moustique // saut’ller à pied d’agache : trépigner d’impatience // tronisse : tremblote // poncieux : essoufflé // adodéner : dorloter // s’erwettier bec et biorne : être stupéfaits, étonnés l’un en face de l’autre // sellée : contenu d’un seau // estamperné : ébahi // rapurer : rassurer

 

Lien permanent 2 commentaires Imprimer

Commentaires

  • Bien le bonjour Alexandra et merci pour ce texte d'actualité très drôle et plein de sensibilité. J'ai retrouvé beaucoup d'expressions amusantes et fort appropriées comme "avoir des russes" et "saut'ler à pids d'agache" ou ête in foufiète. Ce vocabulaire très riche pour évoquer les sentiments et l'état physique est très imagé. Difficile de trouver aussi expressif dans le langage courant. Merci encore pour le partage de ce moment de bonheur avec Firmin.

  • ...histoire fin bielle du c'minch'mint d'inn' aut'...à suivre donc !...aveuc grammint d'vocabulaire !...

Les commentaires sont fermés.