Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Conseil communal du 21 juillet: Réponse de Daniel Senesael aux questions de José Lericque

daniel jose.JPG

Questions 1 de José Lericque

BE-Alert est un système d'alerte qui permet aux autorités de diffuser un message à la population en situation d’urgence.

Jusqu’à présent l’alerte et l’information à la population pouvait se faire via les médias (sociaux), les services de secours déployés sur le terrain ou -en ce qui concerne le risque Seveso ou nucléaire- par le biais d’un réseau de sirènes.

Le système BE-Alert permet désormais une alerte via de nouveaux canaux complémentaires. Ainsi, une autorité, qu’il s’agisse d’un Bourgmestre, d’un Gouverneur ou du Ministre de l’Intérieur peut, s’il l’estime nécessaire, alerter la population par appel vocal, SMS ou e-mail.

De la sorte, on reçoit les recommandations utiles pour la sécurité de manière rapide (ex. Fermez portes et fenêtres lors d'un incendie).

BE-Alert dispose de capacité suffisante pour alerter simultanément un grand nombre de citoyens, via différents canaux. 

Notre entité a sur son territoire des entreprises importantes dont Mac Bride ou la tannerie Masure qui pourraient constituer un danger potentiel.

Nous avons constaté que notre commune n’est pas inscrite. Est-ce une volonté ou un oubli ?

Réponse de Daniel Senesael

Je vous confirme qu’à l’heure actuelle, la commune n’a pas souscrit de convention à l’outil Be Alert. En aucun cas, il ne s’agit d’une volonté de l’administration. C’est en prenant connaissance des différents documents laissés par son prédécesseur que notre nouveau conseiller en prévention a pris connaissance d’une convention d’adhésion complétée mais non signée, laquelle était donc restée sans suite.

Ce dernier avait toutefois pris les devants puisqu’il est inscrit à une session d’information à l’outil qui aura lieu le 03 février. Le but étant de prendre connaissance des différentes possibilités offertes par l’outil afin de sélectionner la formule la plus adéquate pour notre entité et ensuite entreprendre les démarches afin d’adhérer au dispositif.

Questions 2 de José Lericque

Nous avons remarqué récemment que notre commune a été sélectionnée profitant de l’initiative de Philippe Henry, Ministre de l’énergie et du climat Ecolo. Le gouvernement de Wallonie avait lancé un appel à candidature et Estaimpuis bénéficiera d’un subside d’un montant de 72 400€. Nos conseillers suivront attentivement les mesures qui seront mises en place dans ce cadre.

A-t-on déjà analysé les missions qui lui seront confiées ?

Avez-vous lancé un appel à candidature ? Dans l’affirmative, qui a défini les critères de sélection ?

Bien sûr notre groupe est fortement intéressé à participer à ce dossier puisque le climat fait partie de l’essence même de notre message politique. Nous voulons participer à un tel projet et, qui sait, y apporter notre expertise.

Réponse de Daniel Senesael

Je vous confirme que notre commune a bien réalisé une demande de subsides lancée dans le cadre de la convention des maires et plus particulièrement du projet POLLEC (POLitique Locale Energie Climat). Projet pour lequel nous avons été retenu puisque la semaine passée nous avons effectivement reçu la notification officielle de subside, qui a été actée ce jour au collège communal.

Ce subside qui porte sur les années 2021 et 2022 comporte deux axes :

- Le premier axe est celui des ressources humaines, avec un subside de 22.400 euros pour l’engagement d’un équivalent tiers temps, pour une durée de 2 ans, en tant que coordinateur du PAEDC (Plan d’Action Energie Climat Communal).

- Le second axe est un soutien à l’investissement, avec un subside de 50.000 euros.

Concernant le premier axe, les différentes options pour la désignation d’un coordinateur PAEDC seront très rapidement envisagées.  

Concernant le second axe, différentes options sont envisagées par notre service technique, la plus probable étant le remplacement de la chaufferie de la piscine communale par une chaufferie beaucoup plus performante et moins émettrice de CO2 (mise en place d’un chauffage par Pompe à Chaleur sol-eau).

Dès que nous aurons reçu les propositions du service technique, le point sera mis à l'ordre du jour d'une commission conjointe travaux-ruralité pour envisager le projet à retenir et le profil de la personne à engager. Cela devrait se concrétiser dans le courant du mois de février.

 

 

 

Lien permanent 1 commentaire Imprimer

Commentaires

  • les ecolos ne savent plus sortir que des conneries tels que les panneaux solaires ou les voitures electriques

Les commentaires sont fermés.