Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Racontaches in picard par Gérard Platevoet et Alexandra Biebuyck : EL LAPIN PERDU

banniere parlaches.JPG

C’est une tradition tournaisienne, reprise aussi à Pecq, Estaimpuis et même Mouscron.

Beaucoup de gens parlent du lapin perdu au lieu du lundi perdu. Pour les connaisseurs, c’est un “sacrilège”. Et pourtant … Je vous raconte ici l’histoire d’un lapin qui est vraiment perdu.

Gégé d’ Néchin

 

rabbit-3660673_1920.jpg

Image par Anastasia Gepp de Pixabay 

 

EL LAPIN PERDU

 

Tertous conneot l’ cancheonn’ du lindi parjuré,

L’ bieau tesque d’ Viart ou d’ Coens orpris au Cabaret.

I n’ d’a bramint qu’i parlt’nt et qui toudi s’abusent

Disant l’ lapin perdu, ç’ que l’ Tournisien i-orfuse.

I feaut ête étranger et sapré annochint,

Ein nonoch’ tout balou d’ Hollain obin d’ Néchin,

Pou osoir es’ treomper et vraimint n’ rien connaîte

Des traditieons d’ Tournai et d’ tous leus garnousettes.

 

Vous allez béteôt vir que ch’ n’est pos défindu

Et qu’ cha n’est pos si seot d’ dire l’ lapin perdu.

Ç’ que j’ vas vous raqueonter, ch’est ein’ bin drol’ d’histoire

Que vous allez pétêt’ dir’ que j’ vous fais acroire.

Ch’éteot près d’ein’ maseon au forbou Saint Martin

Obin dins ein gardein de l’ ru’ des Augustins.

Dusque cha s’a passé n’a pos grante importance.

I-arriv’ que j’ai des treos dins tous mes raminvrances.

 

Dins ein’ nité’ d’ lapins, ein délommé Loulou,

Siteôt qu’i-a v’nu au meont’, ch’ teot ein sapré marlou.

Ch’ teot ein bieau p’tit crollé à la blanque afulure.

Juste ein’ lin’ de poils noirs autour de s’n incolure.

Au mitan d’ tous les eaut’s, ch’éteot l’ pétit bradé.

Mais cha n’ l’a pos rindu tiêtu comme ein baudet.

 

I-a pos faulu lommint, mêm’ pos ein’ seule ainnée,

Pou qu’i comprinch’ tout seu ce que s’reot s’ destinée.

Aussi malin qu’ Panpan, l’amiss’ du p’tit Bambi,

I saveot bin s’ mucher au feond de s’ cagibi.

I-aveot r’péré l’ mouv’mint qu’i-aveot dins les familes,

L’ départ de l’ein ou l’eaut’ d’ ses copains p’tits rambiles.

I-aveot bin ormarqué que ch’éteot les pus cras

Qu’i parteot’nt in prumier.   S’ manman l’a t’nu à bras

Quand on a v’nu cacher ein’ tout’ plein’ berdélée,

Après l’Épiphani’, les orell’s in bott’lée.

 

Ç’t ainnée, i-éteot sauvé et, pou prévoir l’après,

I-a c’mminché ein régime, approuvant d’ n’êt’ pos prêt.

Mais béteôt chaqu’ matin on v’neot tâter ses cuisses.

I n’ pourreot pos lommint ténir es’n interprisse.

 

À l’écol’, tous les jours, comme l’s eaut’s simplemint,

I-a appris du français, du carcul, du flamind.

Ses parints li diseot’nt que les lanqu’s étrangères

Ch’ teot bin pou s’in sortir, comme i-aveot fait s’ mopère.

Orténant bin l’ leçon, i-a étudié l’ pourcheau,

L’ codaine, l’ vaque et l’ cat. Malin comme ein fichéau,

I-aveot si bin l’accint que l’ fausse obin l’ vrai’ biête

Quand t’ l’acouteos, t’aveos des russ’s pou l’orconnaîte.

 

In tout début d’ainné’, l’ funest’ momint i-est là.

Et à l’ piquèt’ du jour, sans faire d’ tralala,

El maîte et s’ feimme i-eont v’nu, avé des airs tout douches

Pou queusir les meilleus, sans provoquer d’angouche.

Mais no pétit Loulou, i l’aveot sintu v’nir.

À l’ouvertur’ de l’ cache, i-a r’pinsé à s’n av’nir.

I-a berlé “miaou” in rabattant s’s orelles.

Ses maît’s i-eont orculé, saisis, tout in foufielle.

I n’in falleot pos moins et comme ein dératé

Loulou in s’inqueurant i-a bin rate d’salté.     

D’imblé’ les rétindeus s’ormett’nt d’ leu saisissurte,  

Mais pou el’ rattraper i-aveottent pos l’allurte.   

I-eont caché tout partout, du guernier au fourni.

À l’écrienne i-eont dit : ceull’ feos ch’est bin fini.

 

Neon, je n’ vas pos vous dir’ dusqu’elle éteot s’ muchotte,

Si ch’éteot dins les camps obin dins les gringottes.

J’ conneos bin l’ Tournisien : pou minger du lapin,

I vindreot feimm’, bell’ mère et bin d’s eaut’s à dépins.

Feaut dir’ que ch’est d’puis lors qu’on veot ein’ drol’ d’affaire :

Des gins su des étchell’s fournaqut’nt dins les nochères,

In berlant : « P’tit Loulou, i-a pus d’ danger, t’ peux v’nir ».

Jusqu’au jour d’aujord’hui, on n’ l’a pos vu sortir.

Mais in mingeant l’ lapin, el Tournisien i-orwette

Ç’ qui guernot’ dins l’ bideon et d’mande à vir el tiête.

I peut pinser qu’i n’ d’a ein qu’i-areot confondu

Ein cat pris dins l’ nochère avé l’ lapin perdu.

 

 

Gérard PLATEVOET

RCCWT

 

Lexique :

nonoche : stupide / balou : maladroit / garnousette : plaisanterie / forbou : faubourg / raminvrance : souvenir / marlou : jeune mâle / afulure : coiffure / bradé : gâté / mucher : cacher / rambile : gamin / cras : gros / berdélée : ribambelle / bott’lée : gerbe / approuver : essayer / codaine : dindon / ficheau : fouine / russes : difficultés / piquète : aube / angouche : angoisse / berler : crier / foufielle : émoi / rate : vite / d’salter : s’enfuir / rétindeu : tueur de lapins / écrienne : soirée / muchotte : cachette / gringotte : fleur des bois, jonquille / fournaquer : fouiller / nochère : gouttière / guernoter : mijoter / bideon : casserole  

Lien permanent Catégories : Racontaches in picard 2 commentaires Imprimer

Commentaires

  • Bin, v'là chi eune fort bielle histoire! J'raviserai toudis si l'lapin qu'j'acate, i a s'tiête achteure. In sait jamais :-)
    Bonne année à vous deux. A s'arvir ( j'espère).

  • Merci, Joëlle. Beonne ainnée à toi avec. On va s'orvoir béteôt.

Les commentaires sont fermés.