Racontaches in picard par Gérard Platevoet et Alexandra Biebuyck :"El minjeu d'cats" de Pierre Noël avec texte et vidéo. (25/04/2021)

noel 2.JPG

 

El minjeu d’cats.

 

Huit heures au nt. I n’a pus gramint d’monte dins les rues du Tutchet. In attind fort bin in brut qui vint d’pus in pus fort. Ch’est « La Plote » qui déchind el rue de l’Marlire. I pousse ène brouète à pétrajes doù qu’i-a mis tout cheu qu’i-a ramassé aujourd’hu.  La d’zeur, i-a ène paire de boutèles à monti veudes, ène vièle sèle doù qui manque ène patte, et ène masse d’berloufes. In n’sais nin quo qu’ch’est qui fait l’puque ed brt : el reue qui grène ou bin La Plote qui bertonne à li tout see. I ést accore ène fos bèrzike pou seûr!

D’sin vrai nom « Gérard Vasseur », in n’a jomais su vraimint d’où qui v’not. Ch’t’in traine-misère, in ramasseu d’ordure et d’tout c’qui treufe. In n’sait nin doù qui reste : achteure, in dirot que ch’t’in « s.d.f ». Cha fait d’s années qui trandèle dins l’quarti. Tchand qu’les gins is l’votent, i tchangtent d’trottoir. I faut dire qui n’ést nin fort prope sus li ! In l’a toudis connu avec sin cras pal’tôt, s’marronne à tros qui tché au mitant d’sin tchul, et toudis des bottes in catchouc. Jomais d’èrlavache et ène barpe d’Mathusalem. Cha fait qu’i pue à faire tcheurir in vos même les ceusses qui n’sont nin nareus. 

Avec cha, i-a l’vin mauvais. Tchand qu’i-a ène dache, i s’met à djeuler au mitant du pavé, même qu’i fait peur à l’s afants. I berdoule des droles de contes, du temps qu’i-étot dins l’armée al’mante et qu’i-a tué à li tout seu deux compainies. Comme i-èrvint toudis avec les mêmes bleusses, in n’sait nin si i n’a nin ène séquo d’vrai là-d’dins. Adon, les gins is aimtent mi tcheurir in vos tchand qu’i passe !

V’là tout d’in cop, qu’i s’arrête tout d’ène trake. I-a vu in cat qui wène au mitant du pavé. Ch’t’in beau mâle tigré. I n’a nin vu l’èrlake arriver tel’mint qu’i-est otchupé à faire des mènes à ène belle rousse cate avec des zis dorés. L’ayoût, ch’ést l’mos des cats. D’ène seule main, La Plote claque el reste d’el sèle à terre : i-a ène force du djale ! I s’ertreufe avec foque in long meurceau  d’bos dins s’main. Avant qu’cheule bête elle a vu ène séquo, il li a donné in cop su s’tête, et l’cat i ést rétindu... mort ! El luseu i a ène mousse ed contintmint. I ramasse el matou pa l’peau d’sin cou, et i l’rue su l’brouète, au mitant des berloufes.

I n’li faut nin lonmint pou arriver au Cuirassier, pa l’rue du Couët. I-a vite fait d’printe ène paire de poreaux dins in gardin, in passant. I prind el long du riez, just’avant l’guérite des donis. Ch’est là qu’elle est s’muchote, foque ène paire de planques avec ène tole pa-d’zeur. Tout d’sute, i casse l’reste de l’selle in p’tits meurceaux, et i in fait in mont avec ène boule de papi journal. I craque ène alleumette, et i-alleume sin bos au mitant  ed tros grosses briques. I-attrape l’cat, et i comminche par el’loyi par ses pattes de d’rire à ène branque d’arbe. I sort in couteau de s’tasse, et i l’a bin vite dépiauté. In vot bin qu’ch’ést nin l’preumi qu’i arringe ! I-a arrêté d’rutler et l’leumire du fu fait comme d’s éclairs dins ses zis. In dirot des zis d’maboule… à faire peur ! I claque les meurceaux d’cat dins ène vièle boîte in fer qui li sert ed couët. I met acore les poreaux pleins d’bédoule et d’l’eau qui tché dins in séau tchand qui pleut. Tout fait farine au molin, qu’i buzie !

El pus dur, ch’ést d’attinde que tout i ést tchu. Adon, el boutèle elle prind acore in sacré cop. Après tout cha, La Plote i veude l’eau du bidon dins l’riez et i prind les meurceaux dins ses crasses mongns. I-avale tout cha, comme in galafe, in faijant autant d’brut qu’in tchin sus s’n’oche. Achteure i ést tché assis sus’brouète. El cras i djile dins s’barpe et i dot s’èrcouer avec es manche. El cat i n’a nin fait long fu !

Ch’est ducasse à ç’soir pou Gérard Vasseur. Après qu’i-a minjé l’cat et bu sin mauvais rouche, i ést maflé et i tché mort mate. Inter deux reups, i ronfel’ra ch’qu’à d’main, près du fu qui s’éteint ! El tête d’in inochint, elle ne blanchit jomais, qu’in dit !

 

Pierre NOEL.

 


10:24 | Lien permanent | Commentaires (2)